Arp Pro Soloist : entretien du clavier

Voici un article qui n’a rien à voir ni avec l’informatique, ni avec IPv6. Une de mes passions est la musique et plus particulièrement les claviers synthétiseurs. Je possède un vieux synthé Arp Pro Soloist. Son clavier était devenu bruyant et les touches avaient perdu leur alignement. J’ai dernièrement décidé d’y remédier.

Arp Pro Soloist de 1972

Arp Pro Soloist de 1972

L’acquisition

Cet exemplaire m’a été donné par un camarade d’école au début des années 1990. Je ne connaissait pas du tout la marque « ARP » et lui non plus.  Après l’avoir nettoyé je l’ai mis sous tension et j’ai été amusé par les sons qui en sortaient. Ma première réaction a été de penser que c’était un jouet du niveau d’un orgue bontempi.  Bof bof ! Il était estampillé « Pro » avec un logo en forme de clé de sol plutôt minable, de quoi renforcer mon idée que ce clavier n’avait rien d’un pro. Il n’est pas polyphonique, impossible donc de jouer des accords. Pas de connecteurs midi, juste deux sorties audio. On peut choisir la sonorité parmi une trentaine :  tuba, violon, guitare, banjo, etc… mais aucun n’est réaliste. Néanmoins le clavier est sensible à la pression (ce qu’on appelle aftertouch) et il n’est pas amplifié.

Logo ARP Synthetizer

Un logo pas très pro

Il est estampillé « made in USA » . Ces derniers signes sont plutôt inhabituels pour un simple jouet.  J’ai conservé ce clavier,  remisé à la cave enveloppé dans un plastique  résistant et oublié pendant plus de 10 ans.

Plaque d'identification du Arp Pro Soloist

Plaque d’identification du Arp Pro Soloist

La découverte

Ce n’est qu’en faisant des recherches sur internet assez récemment que je me suis aperçu que ce clavier était une légende. De nombreux articles relatifs à ce synthé convergent vers Tony Banks, le clavieriste du groupe Genesis, qui l’a utilisé dans les années 1970 pour jouer la plupart de ses solos lui donnant ainsi ses lettres de noblesse. La marque ARP était alors très connue et détenait dans ces années 40% du marché des synthétiseurs aux USA au coude à coude avec son rival Moog. A la suite de difficultés financières liées à la sortie d’un nouveau modèle de synthé à la fiabilité désastreuse, la marque ARP disparut au début des années 1980. Aujourd’hui le Pro Soloist est toujours très prisé par les connaisseurs. Sur le marché de l’occasion son prix varie de $700 à $3000 en fonction de son état.

Pour casser un peu le mythe : Tony Banks, dans une interview accordée à Korg UK, a avoué qu’il avait utilisé ce clavier car il n’avait rien d’autre à l’époque. Comprenez que le synthé était pratique en concert (transportable, peu de réglages) mais pas top au niveau sonore. Les synthétiseurs modulaires étaient bien plus puissants mais inutilisables en concert (ils ressemblent aux anciens standards téléphoniques avec des câbles partout pour relier les modules entre eux). Dans ce même article il tire à boulet rouge sur le Mellotron, cet ovni parmi les claviers (rendu célèbre dans l’intro de Strawberry fields forever des Beatles), ancêtre des samplers et qui lui aussi a ses adeptes.

Caractéristiques

  • Synthétiseur analogique monophonique, spécialisé pour le jeu de solos destiné à être posé sur un orgue.
  • Années de production : de 1972 à 1977. Les exemplaires produits entre 1972 et 1974 sont sérigraphiés en blanc. Les suivants ont une sérigraphie dorée.
  • Le prix de vente initial était de 1295 $US (en juillet 1972), soit 6500 FF de l’époque. Ramené en francs constants puis converti en euros cela représente aujourd’hui 5000 € (en décembre 2010). Un prix exorbitant comparé aux capacités et aux prix des synthétiseurs actuels !
  • Un seul oscillateur
  • 30 presets (sons préréglés), pas de possibilité d’édition.
  • Un LFO, peu paramétrable (juste la fréquence).
  • Un filtre VCF piloté par un potentiomètre marqué « brillance » (ce que j’avais pris pour un réglage grave/aigu). C’est un filtre passe bas évolué avec un résonateur pilotable. Cet élément donne tout le caractère au son produit. Référencé 4034, il est une copie non autorisée d’un filtre breveté par Moog. Arp a été obligé de changer ce filtre par la suite dans le Pro/DGX, une évolution du Pro Soloist, perdant ainsi son charme d’après ceux qui ont pu les comparer.
  • Portamento avec vitesse paramétrable.
  • Un clavier de 3 octaves (37 touches) avec aftertouch qui permet de piloter différents effets séparément ou ensemble (wow, growl, brillance, pitch bend, volume, vibrato).
  • Possibilité de monter ou de descendre le clavier d’une octave.
  • Un réglage par résistance variable pour accorder l’instrument.
  • Deux sorties audio avec deux impédances différentes (repérées HI en RCA et LOW en Jack).
Filtre ARP 4034

Filtre ARP 4034

Maintenance

Le clavier mécanique qui équipe ce synthé est un Pratt&Reed. Ce fabriquant de claviers a lui aussi cessé cette activité. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il à l’air très artisanal. Les touches en plastique sont vissées sur des montures métalliques assemblées sur un peigne en acier. D’un côté les articulations avec un ressort de rappel. De l’autre côté un ergot qui retient la touche et limite son mouvement. Cet ergot est habillé par un manchon en caoutchouc. Son rôle est d’amortir les chocs des touches. Après près de 40 ans le caoutchouc a durci ou est devenu collant  pour certaines touches. Les touches du clavier réagissent donc assez bizarrement, certaines sont bruyantes et d’autres sont légèrement collées en position haute. Il est temps de remplacer ces amortisseurs !

J’ai trouvé un réparateur de claviers anciens qui vend par internet des pièces détachées dont ces fameux amortisseurs (appelés bushings en anglais).

Démontage du clavier

Le démontage du clavier est décrit sur le site bushings.highspies.com. Toutefois ils procèdent à l’enlèvement des amortisseurs sans démonter complètement le clavier. Ce n’est pas évident à faire et j’ai préféré démonter complètement le clavier en retirant les ressorts et les armatures métalliques des touches. L’accès aux amortisseurs est alors grandement facilité. A noter que les touches noires n’utilisent pas les mêmes ressorts que les touches blanches (certainement une tension différente). Sur mon clavier les ressorts des touches noires sont colorés en bleu alors que ceux des touches blanches sont gris. Attention à ne pas en perdre et à bien les séparer. Pour les retirer j’ai utilisé un fil de fer que j’enfile par la boucle du ressort tandis qu’avec un petit tournevis je fait glisser la boucle hors de son logement. De cette façon le ressort ne saute pas quand il quitte son crochet de maintient. Avant de pouvoir enlever les armatures il est nécessaire de retirer tout en douceur les capuchons qui les relient au contact électrique. Attention à ne pas en perdre car ils peuvent glisser en dehors du clavier.

Une fois toutes les touches délicatement retirée les amortisseurs sont directement accessibles.

Encore deux amortisseurs à enlever !

Encore deux amortisseurs à enlever !

Les anciens amortisseurs, s’effritent et cassent lors de leur retrait. Jaunis, durcis, déformés, ils vieillissent mal.

Anciens amortisseurs

Anciens amortisseurs

Une fois les amortisseurs retirés, les dents du peigne peuvent être nettoyées avec une petite brosse métallique pour retirer les traces de caoutchouc collé qui forment des écailles.

Nettoyage

Nettoyage

J’en profite pour redresser les dents qui sont écrasées par un jeu trop appuyé. Cela permet de ré-aligner les touches du clavier. Attention à ne pas trop les monter sinon les touches n’appuieront plus sur la barre d’after touch. Sans forcer, la touche doit juste venir en contact avec le feutre de la barre sans l’écraser.

Redresser les dents

Redresser la hauteur des dents

Je corrige également l’orientation des dents pour les rendre bien perpendiculaires au châssis. Cela permet d’avoir un écart régulier entre les touches. Certaines avaient un jour trop important.

Aligner les dents

Aligner les dents

Une fois l’opération de nettoyage et d’alignement terminée, le peigne est prêt à recevoir les nouveaux amortisseurs.

Carcasse du clavier nettoyée

Carcasse du clavier nettoyée

On profitera de l’occasion pour dégraisser les armatures des touches et remettre de la graisse de silicone propre.

Armature de touche blanche (en haut) et noire (en bas)

Armature de touche blanche (en haut) et noire (en bas)

Les touches en plastique ont également été polies avec de la pierre d’argile pour éliminer les rayures puis avec du miror pour redonner un aspect brillant (compter 4 bonnes heures à frotter les 37 touches).

Nettoyage des potentiomètres

Un autre problème de ce clavier est la présence de quatre potentiomètres de type fader qui finissent par s’encrasser jusqu’à grésiller quand on les manipule. Ils permettent de régler le volume, la brillance, l’amplitude de l’aftertouch (pression), et la vitesse de portamento. Ils sont sur le même circuit imprimé. Une fois dévissé et retiré du synthé on peut nettoyer au pinceau la poussière qui s’est accumulée autour et dans les potentiomètres. Asperger l’intérieur des potentiomètres avec une bombe de graissage spécial contacts électroniques. Puis déposer de la graisse de silicone sur le dessus des potentiomètre pour éviter les a-coups lors des déplacements des boutons. Il faut prendre soin de ces potentiomètres car il est quasiment impossible aujourd’hui de retrouver les mêmes modèles pour les remplacer (valeur, dimensions et brochage).

Potentiomètres nettoyés et graissés

Potentiomètres nettoyés et graissés

Remontage du clavier

On commence par insérer les nouveaux amortisseurs avec de la graisse de silicone (pour ne pas abimer la caoutchouc) dans les dents du peigne. Le côté large est placé vers le haut.

Un amortisseur neuf

Un amortisseur neuf

Vient ensuite le remontage de toutes les armatures du clavier (attention à la place des blanches et des noires).

Armatures de clavier Pratt&Reed

Armatures de clavier

Puis on replace délicatement les ressorts de chaque touche. Les ressorts bleus pour les touches noires.

Les ressorts de rappel des touches Pratt&Reed

Les ressorts de rappel des touches

On remet les guides fil en place sur les tiges qui traversent le clavier. C’est par ce moyen mécanique que le mouvement des touches provoque des contacts électriques entre le fil souple et la barre rigide qui récupère l’information de « note on » . C’est assez artisanal et il convient de nettoyer la barre (une barre par octave) et les fils pour éviter qu’une éventuelle  oxydation provoque des rebonds. J’ai utiliser du papier de verre très fin pour les nettoyer (du 2000).

Contacts électriques du clavier Pratt&Reed

Contacts électriques du clavier

Enfin on règle à nouveau la hauteur de chaque touche du clavier pour éviter les mauvais alignements. J’ai utilisé un tournevis plat de la largeur des touches pour atteindre la dent du peigne correspondant à la touche à corriger. Il faut lever ou baisser la dent sans abîmer les nouveaux amortisseurs.

Alignement de la hauteur des armatures

Alignement de la hauteur des armatures

Enfin, on replace les touches en plastiques et leur vis de maintien (ne pas serrer fort).

Clavier Pratt&Reed restauré

Clavier Pratt&Reed restauré

Puis on repose le clavier dans le synthétiseur. Une fois vissé on lui ajoute la barre d’aftertouch et on rebranche les deux nappes qui relient le clavier à l’électronique avant de refermer le synthé.

Le résultat

Voici mon synthétiseur Arp Pro Soloist restauré.

Arp Pro Soloist modèle 2701

Arp Pro Soloist modèle 2701

Je n’ai pas eu à intervenir sur l’électronique (à par un nettoyage de la poussière), toutes les fonctions du synthétiseur étaient déjà parfaitement opérationnelles y compris l’aftertouch. Les seuls problèmes à signaler sont la perte de deux boutons de potentiomètres (problème fréquent sur ces synthés) et l’absence du pupitre à partitions sur le dessus du synthé (souvent retiré car encombrant et fragile).

Clavier Arp Pro Soloist restauré

Clavier Arp Pro Soloist restauré

Le clavier n’est plus bruyant du tout. L’alignement n’est pas parfait mais c’est très nettement mieux qu’avant. Les touches ayant été polies elles sont désormais très agréables et soyeuses au toucher.

Voici quelques enregistrements sonores de mon synthétiseur pour vous donner une idée du son « vintage » des années 1970. Le son a été traité par un processeur d’effets behringer virtualizer pro DSP2024P pour ajouter de la réverbération et un léger chorus.

Exemple 1 : La même note jouée avec différents presets :
Arp Pro Soloist - Quelques presets (384)

Audio MP3

Exemple 2 : Le preset flute joué avec les différents effets de l’aftertouch. Dans l’ordre : sans effet, pitch bend, wow, growl, brillance, volume et vibrato (le preset dispose déjà d’un léger vibrato) :
Arp Pro Soloist - Effet aftertouch (314)

Audio MP3

Exemple 3 : Réglage du filtre (brillance) sur le preset mute trompet :
Arp Pro Soloist - Reglage du filtre (256)

Audio MP3

Exemple 4 : Quelques accords joués en arpège avec le preset telstar et le portamento activé :
Arp Pro Soloist - Telstar et portamento (273)

Audio MP3

Exemple 5 : Petite ritournelle de Orchestral Manoeuvres in the Dark dans le titre Electricity joué avec le preset steel drum transposé d’une octave vers le haut et la brillance aux 3/4 :
Arp Pro Soloist - Steel drum (278)

Audio MP3

Exemple 6 : Introduction de ACDC dans le titre Thunderstruck joué avec le preset Fuzz Guitar 2 et envoyé à un ampli guitare :
Arp Pro Soloist - Fuzz Guitar 2 (1)

Audio MP3
Strawberry Fields Forever
VN:F [1.9.22_1171]
Evaluation: 5.0/5 (1 vote exprimés)
Arp Pro Soloist : entretien du clavier, 5.0 out of 5 based on 1 rating

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

16 Commentaires »

 
  • avatar diego dit :

    Bon travail, seul renseignement la graisse lubrifiant pour les touches doit faire GRAISSE BLANCHE et non GRAISSE SILICONE car la silicone après quelque temps colle les touches- a savoir!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: 0 (sur 0 votes)
    • avatar René dit :

      Ah, j’ai alors peut-être fait une bêtise. La graisse qui était déjà présente au niveau des articulations des touches avait pourtant l’air de graisse de silicone, transparente. Je ne peut pas dire si elle était d’origine mais je l’ai retirée en nettoyant les tiges car elle avait capturé pas mal de poussière.

      VN:F [1.9.22_1171]
      Evaluation: 0 (sur 0 votes)
    • avatar René dit :

      Après vérification, le réparateur de claviers chez qui je me suis fourni préconise bien l’utilisation de « Dow Corning 7 » qui est bien de la graisse silicone pour la lubrification. Ce type de graisse n’abîme pas les caoutchoucs remplacés sous les touches. J’espère qu’il savent ce qu’ils font, ils ont l’air sérieux et expérimentés.

      VN:F [1.9.22_1171]
      Evaluation: 0 (sur 0 votes)
  • avatar René dit :

    Lors de l’entretien du clavier j’avais utilisé une bombe de produit nettoyant KF pour les potentiomètres. Si l’effet était satisfaisant sur l’instant, il s’est vite révélé insuffisant. Après quelques mois les craquements sont revenus. C’est surtout gênant pour le réglage de la brillance (le filtre). Je suis donc passé la vitesse supérieure : dessouder les potentiomètres, les ouvrir délicatement, nettoyer les contacts et les glissières avec un produit très faiblement abrasif (un coton tige avec du miror). Enlever la boue formée par la poussière et la graisse. Graisser un peu le guide du contact. Et remonter le tout sur le clavier.
    Pour l’instant c’est tout bon. Je donnerai des infos sur la tenue dans le temps.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: 0 (sur 0 votes)
  • avatar François dit :

    Salut,
    très bon article, merci. Je possède moi même deux synthés ARP (Odyssey et Omni), et même si pour le moment les claviers ne posent pas de gros problèmes, il me faudra un jour les nettoyer plus à fond. J’ai déjà nettoyé les contacts de l’Odyssey, mais je n’ai pas changé les bushings. A noter: les contacts sont assurés par des petits ressorts fixés dans un morceau de plastique entraîné par la touche. Ces ressorts sont très fragiles, et j’en avais un de cassé. Pour le réparer, j’ai tout simplement glissé dans le ressort un bout de corde de guitare électrique (la mi aigüe), fixée seulement d’un coté. C’était une réparation temporaire, mais comme ça tient…
    Je suis surpris que tu n’ai pas de problème coté électronique; les synthés de cet âge tendent à voir leurs condensateurs se déteriorer, surtout ceux au tantale dont ARP était très friand. Lorsque j’ai acheté mon Omni, la moitié des tantales étaient morts, entraînant avec eux divers CMOS. Heureusement, les CMOS sont facile à trouver et peu chers. Les tantales, pas donnés, peuvent souvent être remplacés par des électrolytiques de mêmes valeurs, beaucoup moins chers (ARP prenait des tantales parce qu’à l’époque la qualité des électrolytiques était médiocre).
    A part celà, ce sont de bons synthés. Passés au travers de quelques pédale de guitare, on retrouve le son fameux des années 70. Oui, il y a un mythe derrière ARP, car c’était le concurrent de Moog, et il y avait peu de choix : Moog ou ARP. Un Odyssey d’occase coûte une petite fortune, et c’est sans parler d’un 2600 (semi-modulaire), d’un Chroma (vendu sous le nom Rhodes, mais c’est un projet ARP) ou d’un 2500 (modulaire). Enfin, ARP a vendu des brevets à d’autres firmes : Eminent (le Solina String Synthesizer) ou Kawai (les Teisco 60F et 110F).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: 0 (sur 0 votes)
  • avatar François dit :

    Juste pour conclure: je suis toujours surpris de « l’interface » avec le musicien. Ça a grandement été amélioré depuis, mais à cette époque, il semble qu’entre deux synthés, même de la même marque, l’ergonomie pouvait changer du tout au tout. Franchement, faire des bends avec le potentiomètre de l’Odyssey, c’est nul. Sans compter qu’il est difficile de savoir quelle est la fréquence des oscillateurs (faut accorder « live », à l’oreille). Mais c’est probablement ça qui en fait le charme …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: 0 (sur 0 votes)
    • avatar René dit :

      L’interface de ces claviers reste encore simple et intuitive. J’ai un clavier plus récent (un Korg karma) où je suis perdu dans la multitude de menus d’un écran intégré avec trop d’information. Dès que je n’y touche plus depuis plus d’un mois je suis obligé d’ouvrir le manuel des paramètres qui fait 300 pages, et c’est juste un des 7 manuels qui accompagne le synthé. Avec le pro soloist, pas besoin de manuel, j’ai juste un cahier où j’ai écrit les réglages sur le synthé et sur le processeur sonore de la table de mixage pour obtenir les sons que je souhaite retrouver, un peu comme des patchs.

      VN:F [1.9.22_1171]
      Evaluation: 0 (sur 0 votes)
  • avatar BENOIT Jean Paul dit :

    Bonjour,

    Je possède depuis une quinzaines d’ années un ARP PRO SOLOIST identique qui fonctionnait mais a été énormément bidouillé.
    Les problèmes, outre le clavier, proviennent des faux contact, de détérioration de connecteurs et des nappes entre les différents modules. L’ alimentation délivre les tensions continues requises.
    Bref, le travail de réfection est très important et j’ ai une mauvaise copie du Service Manual ARP avec schémas et synoptiques.
    Cela peut être un aide intéressante pour travailler.
    Je suis convaincu que les modules sont opérationnels et que tout est dans le câblage… Actuellement, il ne produit plus aucun son.
    J’ hésite à mettre cet ensemble à la poubelle. Je pense que quelque part, il y a peut-être quelqu’ un qui serait heureux d’ en profiter, ainsi que du manuel de service.
    Je réside dans l’ est de la France (52).
    Si quelqu’ un est intéressé, il est disponible gracieusement, mais je ne prendrai pas en charge les frais de livraison éventuels.
    Me contacter sur ce forum.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: +1 (sur 1 vote)
    • avatar Merdy thierry dit :

      bonjour
      @ BENOIT jean paul ,votre arp pro soloist m interesserait bien, je viens de finir de depanner mon arp pro dgx de 1977 et les 2 architecturesdes machines sont tres proches, je pense pouvoir le depanner 😉 quoi qu on en dise je trouve que les synthés ARP sont vraiment terrible!!
      super article et jolie remiseen etat ,moi je viens de terminer la remise en etat electronique reste la remise en etat esthetique, la carrosserie a des points de rouilles et les panneaux en bois ,lateraux, sont rayés….mais maintenant il fonctionne parfaitement !!

      VA:F [1.9.22_1171]
      Evaluation: +1 (sur 1 vote)
  • avatar BENOIT Jean Paul dit :

    Toutes mes excuses, je n’ ai pas laissé de commentaire, mais j’ ai apprécié à sa juste valeur cet aticle et mesuré la qualité du travail effectué pour la remise en état du clavier ARP.
    C’ est ce qui m’ a conduit à proposer l’ ARP épave dont je dispose pour réfection ou pour pièces… Cet instrument ne mérite pas de finir à la décharge.
    Je fais cette proposition ici parce que mon objectif et de rendre service à un collectionneur et non de faire du commerce puisque l’ appareil est dispo à titre gracieux.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: +1 (sur 1 vote)
    • avatar Merdy thierry dit :

      @Benoit jean paul ,pourriez vous me contacter s il vous plait? mon email est « elektrothier@live.fr »

      VA:F [1.9.22_1171]
      Evaluation: 0 (sur 0 votes)
  • avatar david dit :

    bonjour,
    merci pour cet article, intéressant et bien écrit.
    j’ai l’intention de rénover à mon tour mon Pro-Soloist.
    je ne l’ai encore jamais ouvert. mais j’ai lu à plusieurs reprises que ce clavier n’est pas des plus simples à démonter et remonter.
    le lien que vous mentionnez (highspies) n’est plus actif.
    avez-vous garder une trace des pages de ce site ? ou bien avez-vous quelques conseils à me donner pour cette opération ?
    merci !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: 0 (sur 0 votes)
    • avatar René dit :

      L’important est de prendre des photos à chaque étape du démontage pour savoir où se trouvaient les connexions des nappes et le passage des cables. Autre chose, si vous envisagez de remplacer les amortisseurs. Attendez de les avoir reçus avant de démonter. Le lien sur bushings expliquait qu’il faut démonter la barre de l’after touch avant de pouvoir démonter le clavier du châssis. Il n’y a rien de très compliqué mais il faut être méticuleux et avoir des boites pour y ranger toutes les vis, ressorts, etc sans en perdre aucun. Il y a le lien http://www.arpodyssey.com/bushingstutorial.html qui décrivait aussi comment retirer les amortisseurs sans démonter les touches mais je trouve ça moins propre que de tout démonter.

      VN:F [1.9.22_1171]
      Evaluation: 0 (sur 0 votes)
  • avatar david dit :

    merci pour votre réponse.
    j’ai déjà démonté plusieurs claviers et changé les bushings.
    mais sur le Pro Soloist, il y a apparemment pas mal de rondelles qui servent de compensateurs de hauteur et qui peuvent se perdre au fond de la machine. la maintenance ne semble pas très aisée sur ce clavier.

    avez-vous aussi nettoyé les switches ?
    j’ai pas mal de faux contacts qui, outre quelques bruits parasites de temps en temps, provoquent l’enclenchement d’un son différent de celui qui est mentionné sous le switch.
    bon, quelques heures de nettoyage en perspective !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: 0 (sur 0 votes)
    • avatar René dit :

      Les switchs de mon clavier étaient en bon état, je n’ai pas eu à les nettoyer. Je n’ai pas remarqué de rondelles pour compenser la hauteur. Les écrous portaient des traces de verni pour éviter qu’il ne se desserrent. Je n’ai pas démonté la carte sur laquelle sont tous les switchs. J’ai juste démonté le clavier et la carte latérale sur laquelle sont les potentiomètres.

      VN:F [1.9.22_1171]
      Evaluation: 0 (sur 0 votes)
  • avatar Marc Anthony dit :

    Merci pour ces conseils !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Evaluation: 0 (sur 0 votes)
 

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>